Haut de la page

Le voyeur, le chocolat et Godiva

Le voyeur, le chocolat et Godiva

Connaissez-vous l’histoire de Godiva, la femme à qui la  coûteuse  marque de chocolat emprunté le nom ?

Lady Godiva était l’épouse d’un compte anglais ayant vécu vers l’an 1000. Un  jour, elle parcourut son village nue, à cheval, afin de relever le défi que son mari lui avait lancé. Une fois exécuté, il obligerait ce dernier à supprimer la taxe des paysans.  En  guise de respect et de reconnaissance pour leur  sauveuse, tous les villageois se placardèrent chez eux pendant que la dame s’exécutait. Hélas, un dénommé  Tom décida d’en faire autrement et y jeta un coup d’œil.  On raconte que l’expression anglaise « to peep » qui signifie « regarder quelqu’un qui ne sait pas qu’on l’observe » ait pris racine en cet homme.

L’art de zieuter ne date donc pas d’hier.

A l’époque de Tom et de Lady Godiva,  la société était bien plus prude qu’elle ne l’est aujourd’hui. Pourtant les peeping Tom de se monde errent toujours et ce, malgré la quantité et la diversité de matériel  sexuellement explicite qu’ils peuvent se mettre sous les yeux gratuitement et sans risque de sanctions  légales.

Pourquoi persistent-ils donc à vouloir voir une Godiva nue? Plusieurs motifs peuvent mener les gens à commettre des actes de voyeurisme buy cialis overnight delivery.  La recherche de sensations fortes, par exemple, peut pousser certains individus à transgresser les interdits sociaux. Leurs motivations peuvent  aussi être d’ordre relationnel. Ainsi, aussi unidirectionnelle soit-elle, le voyeur, lorsqu’il observe  sa victime, est en relation avec elle. Peut-être le voyeur se sent-il seul ou ne croit-il ne pas détenir les habiletés nécessaires à la création ou au maintien de liens  significatifs avec des personnes qui lui  plaisent ?

Tom avait  peut-être peur de se faire rejeter par la belle Godiva.. ou craignait-il de recevoir les foudres de son puissant mari en s’adressant à elle ? Il est fort à parier qu’il ait décidé de saisir cette opportunité « en chocolat »  de vivre un moment d’intimité avec elle sans risquer de devoir en payer le prix. Quand on y songe, l’être humain agit souvent de la sorte : il désire quelque chose mais, pour une raison ou une autre, il ne croit pas arriver à l’obtenir. Il modifie alors son plan, parfois de façon malicieuse, et savoure sa victoire malgré une conscience coupable. Voilà pourquoi le plaisir de déguster du chocolat partage quelques similitudes avec l’histoire de Tom et sa Godiva !

Sur ce, bonne sucrerie !

, , , ,

Qu’en pensez-vous?